En pleine crise, le patrimoine des français augmente…

Paradoxe : l’ambiance anxiogène prend la part prépondérante du gâteau depuis la crise 2008. Parmi le flot des informations qui vont passer et disparaître, on peut lire que le patrimoine des français augmente de 4% en 2011, une année de tourmente.

On peut lire que «le patrimoine des ménages s’est élevé en 2011 à 7,9 fois leur revenu disponible». Pas si mal pour un pays où l’on prétend que tout va mal. Si je traduis en termes simples cette phrase de l’article, cela signifie (en moyenne bien sur) que théoriquement, on pourrait vivre près de 8 ans sur nos économies, un peu moins si on retire nos dettes (environ une année de PIB) !

Ce raccourci oublie toutes les disparités de répartition de la richesse, qui n’est pas le propos de mon message d’aujourd’hui.

En dépit de la morosité qui permet de vendre du papier journal, la France reste un pays :

  •  qui travaille et crée de la richesse
  •  qui jouit d’une situation géostratégique extraordinaire
  •  qui conserve une tradition d’innovation
  •  qui présente une solide stabilité politique et démocratique
  •  qui attire le regard et l’envie de milliards d’êtres humains
  •  qui s’interroge (parfois trop peut-être) sur sa responsabilité, son histoire, son image culturelle, son modèle éducatif, son modèle social, ses équilibres économiques, sur la place de l’état, et j’en passe.

Pourquoi tous ces ingrédients qui participent au succès et à la pérennité (en constante évolution) de la France disparaitraient-ils dans le futur ? Pourquoi alentours, cette crainte que tout s’effondre – cauchemar exagéré par nature ? Échappons nous aux crises, certes non ! Échappons nous aux inégalités, certes non plus ! Sommes nous capables de traverser crises et continuer de rayonner ? C’est ma conviction, nous en avons les moyens et les qualités, les chiffres viennent même conforter ces propos, en plein dans la tourmente…

One thought on “En pleine crise, le patrimoine des français augmente…

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je pense aussi que le marché de l’immobilier a encore de beaux jours devant lui. Comme tu l’as dit, nous en avons les moyens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *