Le péage d’autouroute pour passer à l’acte…

Au début des années 90, j’habitais à environ 40 km de mon travail. Le trajet pour m’y rendre empruntait l’autoroute. Chaque jour consciencieusement, je réglais le péage avec pièces ou carte bancaire. Bien sur, ça me titillait de m’arrêter à la boutique autoroute qui proposait un pass avec réduction, mais je n’avais pas le temps (et pas encore lu avoir le temps, prendre le temps). La réduction était de l’ordre de 5 à 10%, je ne me rappelle plus.

Or donc, un matin pendant le trajet, je me posai les questions suivantes :

  • combien de fois est ce que je fais ce trajet par semaine, mois, année ?
  • combien cela me coûte-t-il en frais de péage ?
  • combien la réduction va-t-elle me rapporter ?
  • combien de temps, compte tenu de mon « maigre » salaire (un salaire est toujours maigre, c’est un qualificatif indétachable du mot), me faut-il pour gagner le même montant en travaillant ?
  • combien de temps l’arrêt à la boutique + le montage d’un dossier administratif va-t-il me consommer ?

Le résultat précis de ces calculs, je n’en suis plus très sur. De mémoire, j’ai gardé l’ordre de grandeur 1200FF, environ 7 à 8% de mon revenu net mensuel de l’époque (je vous laisse calculer le « maigre »). Que représente 8% pour un mois de travail à 20 jours : un peu plus d’un jour et demi. Autrement dit, en consacrant peut-être 2 heures à mettre en place le pass pour le péage, j’allais gagner (sur un an) l’équivalent de ce que mon travail me rapportait en 1,5 jour ! Constatant la rentabilité de l’investissement temps, je me suis arrêté à la boutique de l’autoroute. Les effets collatéraux positifs sont arrivés quand les péages sont devenus automatiques, à distance. Je m’interroge toujours pourquoi tant de gens font la queue au péage, alors que je passe sans m’arrêter, et je ne sais même plus si j’ai droit à une réduction.

J’ai gardé de cette expérience une leçon. Quand je n’ai pas envie de faire quelque chose – en particulier toutes ces tracasseries administratives – je calcule le ratio temps passé/argent optimisé.

Il en va de même pour le patrimoine familial. La plupart des familles trouve ennuyeux l’exercice d’analyse, de mise en place d’indicateurs ou de tableaux de bord, de choix de supports financiers, d’arbitrage régulier. Quand ce travail permet d’optimiser des milliers, parfois des dizaines de milliers d’euros, n’est-ce-pas « worth the effort » comme disent nos amis anglo-saxons (ça vaut la peine).

Vous aussi, passez à l’acte, prenez le pass autoroute de votre patrimoine… Partagez ci-dessous les anecdotes qui vous ont fait vous décider !

Crédit photo : Girolame, Osama Alassiry, Florriebassingbourn

3 thoughts on “Le péage d’autouroute pour passer à l’acte…

  1. Pour l’autoroute, c’est le même constat .. pourquoi donc les gens continuent de faire la queue ? c’est un mystère qui illustre bien la moutonnitude des français. Ils n’aiment pas se différencier.
    Ou ils ont trop la flemme de le faire, ce qui revient au même..

    Pour en revenir au fond, le déclic est venu de la lecture du site devenir-rentier.fr.. la découverte de cette communauté de passions fut une révélation, une ouverture sur un monde nouveau qui permettait de réaliser que le rendement dépend du risque, et que le risque n’est pas proposé par les banques classiques (ou alors avec des frais de dingue)

  2. Eh oui, faire des calculs régulièrement peut vraiment en valoir la peine. J’ai bien appris la leçon ! En faisant le paresseux, on peut facilement perdre des centaines/milliers d’euros, et c’est dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *