Une performance de 2, 4, 6 ,8 ou 10% qu’est-ce que ça change ?

En situation de négligence moyenne sur ses finances familiales, la famille Jen’aipasletempsdem’enoccuper continue de laisser dormir (au mieux) ou s’évaporer (au pire) ses économies. D’ailleurs elle s’est appropriée la conviction « bof, 2, 3 ou 4%, qu’est-ce que ça change ? »

Regardez ce graphique :

Quels enseignements en tirez-vous ?

Regardez bien les chiffres :

  • la famille Jen’aipasletempsdem’enoccuper (le rouge) a placé 10 000€ à 2%. Au bout de 10 ans, elle a 12 189€ sur son compte. N’ayant toujours pas le temps, elle laisse passer de nouveau 10 ans. Chouette, au bout de 20 ans, elle détient 14 859€. J’oublie l’inflation bien sur.
  • la famille Quandmêmejevaisyconsacrerunpeud’attention (en jaune) s’est rapidement renseignée et a placé ses 10 000€ à 4%. Elle en a parlé à son banquier qui a sourit malicieusement de plaisir. Au bout de 10 ans, le capital est de 14 800€, puis 20 ans 21 911€. Pour faire simple la famille Quandmêmejevaisyconsacrerunpeud’attention a doublé son capital en 20 ans.
  • la famille Jeprendsenmainmeséconomies (en vert) est allée plus loin dans l’audace : elle a consulté un conseiller en gestion de patrimoine, lui a même payé des honoraires, a investi du temps sur plusieurs entretiens, a fait des photocopies de papiers, bref s’est investie. Elle a osé et réussi à accumuler une performance moyenne de 6%. Au bout de 10 ans, son capital est de 17 908€ (capital presque doublé). A 20 ans, 32 071€, le capital a plus que triplé.
  • la famille Joseprendredesrisques (les 2 courbes bleues) a compris que l’investissement personnel d’intelligence et d’arbitrage sur le sujet de son patrimoine est un exercice à conduire régulièrement. Non seulement elle travaille régulièrement l’optimisation de patrimoine avec un conseiller spécialisé, mais en plus elle s’informe, elle a mis en place des tableaux de bord, etc… Elle diversifie en sachant que « performance est synonyme de prise de risques ». Elle connait aussi les possibilités de limiter les prises de risques. Elle accepte les moments de baisse car son objectif est à long terme. Avec 8% par an, son capital atteint 21 589€ au bout de 10 ans (plus que doublé) et 46 610€ à 20 ans.

Est-ce possible de réaliser des performances à 8 voir 10% par an sur la durée ? Bien sur. Encore faut-il passer le temps qualitatif à analyser les options, seul ou avec un conseil.

Est-il possible de réaliser des performances à 8 ou 10% par an sans prendre de risques ? La réponse est non, non, non et 3 fois non. Cette règle s’applique dans les économies familiales comme dans bien d’autres domaines. En ne prenant aucun risque (au sens large), il ne se passe pas grand chose dans la vie… Nos plus grands souvenirs ne nous ramènent-ils pas aux moments où nous avons osé ?

Est-il possible de gagner de l’argent sans laisser celui-ci le temps de créer de la valeur ? A moins de faire des placements très spéculatifs (et donc très risqués), non ! D’ailleurs, c’est logique : l’argent placé sert aux créateurs de richesses – les entreprises – qui ont besoin de temps pour transformer l’énergie en projet

2, 3 ou 4%, ou plus, cela change-t-il quelque chose ? Cela vaut-il le coup de consacrer un peu de temps à la consolidation de son patrimoine ?

2 thoughts on “Une performance de 2, 4, 6 ,8 ou 10% qu’est-ce que ça change ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *